Un nouveau centre d'injection supervisée ouvre à Ottawa

19 avril 2018


Un centre d'injection supervisée a ouvert au Centre de santé communautaire Côte-de-Sable, dans le centre-ville d'Ottawa, lundi 16, après plusieurs mois d'attente.

L'infirmier coordonnateur de l'établissement est soulagé. Depuis près d'un an, Luc Cormier attendait le feu vert de Santé Canada pour ouvrir les portes du quatrième centre d'injection supervisée à Ottawa.

« On est très contents d'être capables d'ouvrir. Ça fait longtemps que nos clients nous demandent d'avoir ce service », s'est-il réjoui.

Le Centre de santé communautaire dispose de naloxone, un antidote contre le fentanyl, et peut compter sur une équipe formée pour intervenir en cas de surdose. Des intervenants sont également disponibles pour conseiller ceux qui voudraient arrêter de consommer.


"L'alternative [au centre supervisé], ce n'est pas que les gens vont arrêter de consommer.

C'est qu'ils vont consommer dans les lieux publics."

Luc Cormier, infirmier coordonnateur


M. Cormier constate que bon nombre de ses clients continuent de s'injecter dans la rue. Il espère que les quatre cubicules du Centre de santé communautaire constitueront une « alternative » sécuritaire et accessible.

« On essaie de créer un climat accueillant, où les gens veulent rester », a expliqué l'infirmier.

Un besoin criant à Ottawa

La nouvelle a aussi réjoui les responsables d'un autre centre d'injection supervisée du centre-ville d'Ottawa, La Roulotte, situé au refuge des Bergers de l'espoir.

Son infirmière coordonnatrice, Louise Beaudoin, espère que l'ouverture du nouveau centre dans le secteur de la Côte-de-Sable donnera « un petit peu de répit » à ses employés.

Selon l'infirmière, entre 140 et 170 personnes se présentent quotidiennement à La Roulotte, qui compte huit cubicules.


"Il y a des journées où les gens doivent attendre dehors pour venir s'injecter,

parce qu'on n'a pas de place."

Louise Beuadoin, infirmière coordonnatrice à La Roulotte


« On espère que des gens vont aller là, parce qu'on a beaucoup plus de clients que ce à quoi on s'attendait », a-t-elle expliqué.

Si Mme Beaudoin accueille positivement l'ouverture d'un nouveau centre d'injection supervisée, elle ne se réjouit pas trop vite. Sa clientèle est fidèle et pourrait mettre du temps à changer ses habitudes, croit-elle.

Source

Direct link to this page