---



salledeconsommation.fr, 17 mai 2011

TRIBUNE - Salles de consommation : Idéologie contre science ?

Combien d'études démontrant les résultats positifs des salles de consommation à moindre risque (SCMR) faudra-t-il pour que le Président de la MILDT (Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie), Etienne Apaire et le Premier Ministre, François Fillon aillent de l'avant dans ce dossier ?

L'Organi­sa­tion mondiale de la santé (OMS), l'Institut Nationale de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), l'Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT) et l'Association Nationale des villes pour le développement de la santé publique (ESPT) ont eu beau souligner à maintes reprises l'effet des SCMR sur la réduction des maladies et des surdoses ainsi que des dommages ; le collectif du 19 mai, les associations de malades ainsi que différents interve­nants et spécialistes du secteur des addictions ont eu beau signer des pétitions et des appels au bon sens, le gouvernement balaye de la main ce qui, de toute évidence, doit être fait.

François Fillon n'a malheureusement pas le courage politique et la volonté nécessaires pour donner le feu vert aux SCMR. Il préfère se cacher derrière des arguments morales, voir des contre vérité dictées par Etienne Apaire de peur de déplaire à son électorat. Ce dernier, rappelons-le, poursuit son acharnement idéologique contre les SCMR, envers et contre tous.

Qu'on le veuille ou non, la position extrême du gouvernement, qui s'oppose à la science et au bon sens, provoque la colère des acteurs de terrain qui chaque jour, sont au contact des consommateurs de drogues les plus marginalisés. Son rôle n'est-il pas d'encourager des initiatives innovantes, des expérimentations et des interventions adaptées aux besoins criants du secteur, comme le propose le Réseau français de Réduction des risques ?

Bernard BERTRAND
Direct link to this page