---



canoe.ca, 12 mai 2011

Services d’injection supervisée (SIS) : Cactus Montréal soutient le centre Insite

Cactus Montréal s’associe à la cause du centre Insite de Vancouver, le seul à offrir des services d’injection supervisée (SIS) au pays, qui se trouve devant la Cour suprême du Canada depuis jeudi.
 
Avec cette initiative, l’organisme montréalais espère la survie du centre, mais aussi démarrer ses SIS dans la métropole québécoise. Insite est financé par le ministère de la Santé de la Colombie-Britannique.
 
Cactus Montréal intervient auprès des toxicomanes en leur offrant notamment des seringues propres. En ouvrant son propre centre, des infirmières et des assistants sociaux pourraient surveiller l’activité des utilisateurs de drogues injectables (UDI).
 
Pour ce faire, Louis Letellier de Saint-Just, président de Cactus, rappelle que les gouvernements «doivent se donner les moyens d’éviter la mort de citoyens canadiens par la mise en place de programmes qui ont fait la preuve de leur efficacité».
 
Le ministre de la Santé, Yves Bolbuc, a déjà indiqué attendre la décision de la Cour suprême avant de se prononcer sur la possibilité d’implanter des SIS.
 
Moins de surdoses dans la rue
 
Sophie Sénécal, porte-parole pour l’ADDICQ (l’Association pour la défense des droits de l’inclusion des personnes qui consomment des drogues au Québec), un organisme qui représente entre autres les UDI, estime que l’implantation de SIS pourrait diminuer le nombre de surdoses dans la rue.
 
«Les SIS offrent un support médical pour les contrôler. La plupart des UDI sont désaffiliés du réseau de la santé, et c’est un moyen de reprendre contact avec des infirmières», a-t-elle soutenu.
 
En plus d’encadrer leur consommation de drogue, Mme Sénécal pense aussi que le personnel des SIS apporte une attention particulière aux toxicomanes.
 
«Un employé peut simplement te demander : comment ça va aujourd’hui ? Est-ce que tu as mangé ? Ça améliore leurs interactions sociales», a-t-elle précisé.
 
Depuis 2008, la Cour supérieure et la cour d’appel de Colombie-Britannique ont tranché en faveur des SIS, puisqu’il s’agit d’un service de santé essentiel.
 
Le Centre Insite s’est retrouvé devant la Cour suprême à la demande du premier ministre du Canada, Stephen Harper.

Source 
Direct link to this page