---



France Inter, 11 octobre 2012

Marisol Touraine, Ministre de la santé : « je souhaite que nous puissions aboutir dans un délais rapide sur les salles de consommation »

Marisol Touraine, ministre de la santé, répondait aux questions des auditeurs. Elle a répondu notamment à la question d’Elisabeth sur les salles de consommation à moindre risque. Voici la retranscription de l’interview.
 
Elisabeth (auditrice) : Je suis une habitante du quartier Barbes, Gare du Nord, Hôpital Lariboisière, je suis par ailleurs responsable d’une association de quartier et également militante socialiste du 10eme arrondissement. Ma question porte sur les salles de consommation à moindre risques. J’ai participé à de nombreux colloques sur la toxicomanie, encore hier en mairie du 10eme. On sait que les salles de consommation à moindre risques, qui sont implantées notamment en Espagne, en Allemagne en Suisse, ont un impact positif à la fois pour les usagers de drogues, mais aussi pour les riverains. Ce que je constate depuis les dernières années, c’est que les mentalités évoluent et qu’une grande majorité d’habitant semblent favorables à l’implantation de ces salles, en tous cas dans notre quartier. Je pense qu’il y a une urgence qui est à la fois sanitaire et sécuritaire. Quand allez-vous permettre l’ouverture de tel lieu ?
 
Patrice Cohen (animateur) : Les salles de consommation à moindre risques qu’on appelle souvent par raccourci ou par facilités des salles de shoot…
 
Marisol Touraine : Le raccourci n’est pas neutre, ca n’est pas de cela qu’il s’agit. Il s’agit d’accompagner des toxicomanes et de faire en sorte qu’ils puissent être suivis et accompagnés vers des soins. Il y a depuis peu une présidente de la MILDT, je souhaite que ce sujet soit pour elle prioritaire et que nous puissions aboutir dans un délai rapide. Il y a plusieurs municipalités de droite comme de gauche, j’insiste, ce n’est pas un enjeu partisan et ça ne doit pas être un enjeu partisan, qui souhaitent pour des raisons de santé publique pouvoir s’engager dans cette voie là, et cela me semble quelque chose de nécessaire.
 
Danièlle Messager (journaliste) : Mais c’est une décision politique, ce n’est pas la présidente de la MILDT qui va décider ?
 
Marisol Touraine : Non, mais il s’agit là de déterminer les conditions dans lesquelles cela peut se faire, et cela suppose d’ailleurs aussi des engagements financiers, mais pour ma part, je suis favorable à ce que nous puissions avancer dans ce sens là.
 
Danièle Messager : Mais quelle échéance, parce que les associations disent qu’elles sont prêtes, qu’elles attendent le feu vert du gouvernement et disent qu’après on va rentrer dans une autre période politiques avec les municipales.
 
Marisol Touraine : Non, nous n’en sommes pas aux municipales. La présidente de la MILDT a été nommée il y a quelques jours, quelques petites semaines, et c’est un sujet sur lequel elle doit définir l’ensemble des conditions à remplir pour que nous puissions avancer.
 
Patrice Cohen : Et ce serait une expérimentation ?
 
Marisol Touraine : Il y aura quelques expérimentations pour voir ensuite comment éventuellement on peut aller plus loin.
Direct link to this page