---



loractu.fr, 19 novembre 2012

Le maire de Nancy dit « oui » aux «salles de shoot» dans sa ville

André Rossinot a affirmé samedi sur France 3 Lorraine, qu’il était favorable à l’expérimentation des salles de shoot à Nancy. Selon lui, des synergies existeront avec le CHU et l’ensemble des acteurs associatifs. « Un travail est déjà engagé » a-t-il affirmé dans l’émission La Voix est Libre.

Bientôt « une salle de shoot » à Nancy ? Son maire a en tout cas dit oui au concept qu’il souhaite expérimenter dans sa ville en créant notamment des liens avec le centre hospitalier. De son côté Marisol Touraine, ministre de la Santé, a affirmé son intention d’expérimenter le dispositif avant la fin de l’année. En Lorraine, un groupe de réflexion, piloté par la Communauté urbaine du Grand Nancy avait même été mis en place en 2010. De son côté le député-maire UMP d’Epinal dans les Vosges avait planché sur le sujet. L’élu avait affirmé fin octobre qu’il avait « préconisé l'expérimentation de salles d’injection supervisées (ou salles de shoot) » dès 2007 dans un rapport. « La salle de consommation permettrait d'aller au-devant de certains usagers déstructurés et perdus qui, dans de grandes agglomération comme Paris ou Marseille, sont de véritables laissés pour compte ».

Actuellement interdites en France, ces salles de shoot existent déjà dans plusieurs pays européens. En Suisse ou en Allemagne, les drogués peuvent bénéficier d’un suivi dans des centres d’accueil dédiés. Marisol Touraine s’est par ailleurs dite favorable à une politique « plus solide de prévention pour détourner les jeunes générations des addictions, en particulier du cannabis ».

Le maire de Nancy a par ailleurs mis la lutte contre la drogue au cœur du débat dès la rentrée en écrivant à François Hollande. Dans un courrier adressé au Président de la République, il qualifie la drogue comme le « cancer de la société ». Selon lui, « les naissances liées à la drogue sont légion : « troubles psychiques et somatiques, échec scolaire, professionnel et familial, marginalisation et isolement des personnes, dépendance économique qui ruine nos efforts d’intégration, phénomène de délinquance et de violences, sans compter les drames de sécurité routière » relate le maire de Nancy. D’après l’élu, il ne faut confondre le débat sur la dépénalisation du cannabis et le recours aux salles de shoot.


Source
Direct link to this page