> > > 2008

 

03 décembre

Les médecins appuient fortement les efforts de réduction des préjudices et les centres d'injection supervisée pour les toxicomanes

Un sondage interne mené par l'Association médicale canadienne (AMC) démontre le large appui que les médecins canadiens accordent aux politiques de réduction des méfaits en matière d'usage de drogues, incluant les sites d'injection supervisés, tels qu'Insite à Vancouver. Le 12 novembre 2008, l'Association médicale canadienne (AMC) mettait en ligne les résultats d'un sondage effectué auprès de ses membres au sujet des politiques de réduction des méfaits liés à l'usage de drogues. Il s'est avéré que 78% des 540 médecins répondants au sondage ont appuyé l'énoncé selon lequel « les mesures de réduction des préjudices, y compris les centres d'injection sécuritaire, devraient s'inscrire dans une stratégie publique de traitement de la toxicomanie ». L'AMC soutient donc officiellement les efforts en matière de réduction des méfaits. « À son avis, dans le cadre d'une approche multidimensionnelle qui prévoit des activités de suivi et d'évaluation rigoureuses, les centres d'injection supervisée peuvent contribuer à réduire les préjudices liés à l'utilisation de drogues illicites. »

Plus

24 novembre

L'ordre des infirmières et infirmiers du Québec prend position en faveur de l'implantation de sites d'injection supervisés

Sollicité par certains de ces membres, le Bureau de l'OIIQ, qui appuie depuis 1999, l'approche de réduction des méfaits liés à l'usage de drogues, vient de prendre position en faveur de l'implantation de sites d'injection supervisés. L'OIIQ demande aux gouvernements de s'appuyer sur les consensus d'experts et les débats éthiques pour prendre une décision éclairée dans le dossier de l'implantation des sites d'injection supervisés au Québec.

Plus

24 novembre

Une nouvelle étude démontre l'efficience du site d'injection supervisé de Vancouver

Selon Radio-Canada, une étude publiée le 18 novembre dernier dans la revue de l'Association médicale canadienne démontre qu'Insite, le site d'injection supervisé de Vancouver permettrait, à long terme, de réaliser des économies en matière de traitement des dépendances.

Ahmed M. Bayoumi MD MSc, Gregory S. Zaric Ph.D. The cost-effectiveness of Vancouver's supervised injection facility. CMAJ 179 (11), 18 novembre 2008

Plus

04 novembre

La Ministre de la Santé annonce un « programme d'éducation aux risques liés à l'injection »

C'est dans le cadre des Journées nationales de la réduction des risques que Roselyne Bachelot, ministre française de la Santé, se démarquant des positions habituelles de son gouvernement, a lancé un programme d'éducation à l'injection.

Plus

18 octobre

Education aux Risques Liés à l'Injection (ERLI)

Promouvoir l'Éducation aux Risques Liés à l'Injection (ERLI) en milieu urbain, dans le cadre du CAARUD, pour réduire les conséquences négatives liées à la consommation de drogues par voie intraveineuse : un projet de Sida Paroles.

ERLI : L'Argumentaire           ERLI : Le Protocole           ERLI : L'avis des usagers de drogus

20 septembre

L'implantation des centres d'injection supervisée : une urgence !

Cette page de Cybersolidaires comprend plusieurs clips vidéos tournés par Homeless Nation lors de la conférence de presse tenue à Montréal le jeudi 28 août. Vous pouvez entendre : Michel Morin, COCQ-Sida ; Jean-Sébastien Fallu, GRIP-Montréal ; Luc Morin, Dopamine ; Sandhia Vadlamudy, Plein Milieu ; Martin Lemay, député du PQ de Sainte-Marie-Saint-Jacques ; Thomas Mulcair, député du NPD d'Outremont.

Plus

Août

Éducation aux risques liés à l'injection. Repousser les limites

Compte tenu de la diffusion du VHC, un récent colloque a exploré les pistes envisageables pour aller plus loin dans la réduction des risques. Si les salles de consommation se heurtent à un refus politique en France, d'autres formes d'accompagnement des usagers dans leur consommation sont à l'étude.

Plus

30 août

Lettre au ministre de la Santé Canadien - Pour un site d'injection supervisée adapté

Plus


20 août

L'idéologie pour remède

Le Downtown Eastside de Vancouver est l'un des quartiers les plus paumés de l'Amérique du Nord, où se côtoient junkies, prostituées, itinérants et personnes souffrant de troubles mentaux. Ce secteur héberge le site d'injection supervisée InSite, un centre où les usagers de drogues intraveineuses peuvent se piquer sous supervision médicale, recevoir des soins en cas de surdose, mais aussi obtenir de l'aide pour accéder aux services sociaux, traitements et programmes de désintoxication. Aucune drogue n'est offerte sur place.

Plus

20 août

Québec renonce aux sites d'injection supervisée

Alors que Tony Clement, le ministre fédéral de la Santé, s'attire les foudres du milieu médical et politique pour ses positions tranchées au sujet des sites supervisés d'injection de drogue et des «drogués» en général, il se trouve un allié inattendu du côté de Québec. Son nouveau vis-à-vis, le Dr Yves Bolduc, a renoncé à ouvrir de tels sites dans la province.

Plus

15 août

Le local d'injection de Genève gardera sa place derrière la gare

Le Quai 9 a obtenu l'autorisation de rester encore cinq ans rue de la Pépinière. L'équipe du local d'injection pensait devoir déménager. Mais le Quai 9 pourra rester encore quelques années sur son petit îlot situé derrière la gare. La Ville, qui possède le terrain en question, vient de lui octroyer une autorisation pour y demeurer cinq ans de plus.

Plus

07 Août

Communiqué du Syndicat canadien de la fonction publique

Des représentants du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), présents à Mexico dans le cadre de la 17e conférence internationale sur le sida, ont affirmé leur opposition aux propos tenus par le ministre canadien de la santé ainsi que leur appui aux sites d'injection supervisés.

Plus

10 juin

Sursis pour Insite

La décision de la Cour suprême de la Colombie-Britannique concernant Insite, la piquerie supervisée du Downtown Eastside de Vancouver, forcera le gouvernement du Canada à agir dans ce dossier.

Plus

04 juin

Bientôt des salles d'injection supervisée au Québec

La radio de Radio-Canada a appris que le gouvernement du Québec a l'intention d'ouvrir des salles d'injection supervisée où les toxicomanes pourront s'injecter leur drogue en toute sécurité. Ce faisant, Québec entend s'inspirer du projet controversé du centre-ville de Vancouver qu'Ottawa veut suspendre.

Plus

09 mai

Carte postale : SAUVEZ INSITE

Version imprimable recto-verso de trois cartes postales pré-adressées à la députée de Vancouver-Est, Libby Davies, porte-parole adjointe en matière de politiques sur les drogues et en matière de sollicitation à la Chambre des communes. Ces cartes étaient destinées à appuyer la continuation des activités d'InSite et autres initiatives de réduction des méfaits liés aux drogues à l'automne 2007, mais puisque le sursis accordé termine ce 30 juin 2008, elles sont toujours pertinentes. En anglais.

Plus

05 mai

Insite a des effets positifs sur la criminalité

Insite, un site d'injection supervisée de Vancouver, a produit un "déclin modéré" de la consommation de drogue en public selon un criminologue qui s'est attardé sur la question.

Plus

05 février

Amérique du Nord : La stratégie de réduction des méfaits de Vancouver prise en exemple

Dans le cadre d'une consultation internationale des organisations non gouvernementales, organisée par le comité de Vienne, une représentante d'une O.N.G. des États-Unis affirme que des villes telles que San Francisco et New York envisagent de suivre l'exemple positif de Vancouver dans la lutte contre les méfaits reliés à l'usage de drogues par voie intraveineuse.

Plus

21 janvier

La capitale et Esch planchent sur leur salle d'injection

À Esch-sur-Alzette, un consensus a déjà été trouvé entre la Ville et le ministère de la Santé pour avoir, à terme, une salle d'injection ouverte la nuit dans le foyer de nuit qui devrait voir le jour d'ici un an et demi à deux ans, au croisement de la rue de la Fontaine et du Quartier. «À condition d'avoir tout le personnel qualifié», explique l'échevine Vera Spautz.

Plus